samedi, août 27, 2016

Protéger l'enfance...

2 comments
Photo croquée par Vanou

Tellement heureuse que finisse cette autre semaine en fauteuil.

À noter que je suis rendue pas mal bonne, sur terrain plat et lisse. Comme les couloirs d'hôpital ou les corridors d'école. Je fais travailler biceps et triceps...

Mon genou gonfle et dégonfle selon mes excès de marche. Et y'en faut pas gros pour abuser! La douleur monte et descend selon mes abus. J'en fait le moins possible. Sauf quand vient le temps de sortir la lionne. Comme lorsque j'ai dû de nouveau la sortir pour faire respecter ma fille en cette rentrée qui approche.

En cette semaine passée, qui m'a semblée durer un mois, j'aurais fait un rapide vol au bloc opératoire. Genre Québec/New-York. La physio m'a décollée une vertèbre bloquée dans le cou. La Miss a repris le fil de sa routine hebdo avec sa neuropsycho. Et l'on se sera démené comme des bêtes pour rappeler le sérieux de notre situation à la directrice...

Back to school?

La situation surréaliste que l'on vit avec l'école depuis février dernier a fini par faire sortir le lion de l'homme. Jamais je ne l'ai vu si féroce que dans le bureau de la directrice.

Tous ceux qui le côtoient connaissent son pacifisme qui a charmé la bohème guerrière que je suis, il y a 17 ans. Hier la directrice a vu le lion...

La pauvre n'en finit plus de ramasser les pots cassés par l'incompétence de son employée l'hiver dernier. Une maîtresse qui a su briser le coeur de ma fille et me faire perdre confiance en son établissement.

Quand Miss Soleil nous rejoint avec la nouvelle maîtresse de l'année, je dois, une autre fois, faire remarquer que ma fille posséde une intelligence que je respecte. Et que je m'attends à ce que l'école respecte aussi. Je n'apprécie pas que l'on rabaisse l'intelligence des enfants sous prétexte qu'ils vivent en un jeune corps...

Deux heures chaotiques avec la directrice. Une heure à se disputer, une heure à essayer de trouver des solutions. Et pour la première fois, un peu plus de transparence de la part de la directrice.

Manifestement l'appel à la police aura fait effet même si la police ne peut rien faire car c'est trop tard (selon la policière a qui l'on a parlé durant une heure). Qui a elle aussi commencé par défendre la version de l'école et nous prendre pour des abrutis... pour finalement accepter d'entendre la version de la bouche de Miss Soleil et finir par admettre qu'en effet sa version était bien différente. Duh!

La version officielle étant que le garçon a pris notre fille en ses bras et qu'ils sont ensuite malencontreusement tombés contre la barrière!

Mais quiconque prend à coeur d'écouter le vécu de la puce en cet incident en comprend toute l'absurdité! Miss Soleil a désormais le même type de sensations, à l'échelle de ses dix ans, que toute fille violentée, et blessée, par un garçon.

Toute cette saga ne fait que me rappeler comment le monde adulte préfère se satisfaire de mensonges qui arrangent plutôt que de chercher à vivre dans la vérité...

Protéger notre fille

La directrice a assuré maintenant que tout sera fait pour que ce garçon n'approche pas la puce.

Toute la nouvelle école est avertie. Elle affirme aussi qu'elle compte le rencontrer lundi matin pour lui rappeler cette injonction. Il ne peut approcher Miss Soleil ni lui parler.

La puce en profite pour rencontrer la nouvelle maîtresse. Elle passe une grosse heure avec elle en sa nouvelle classe pendant qu'on s'engueule avec la directrice...

La nouvelle maîtresse a le regard franc. Ce que ne possédait pas la précédente. Au final, la décision revient à Miss Soleil car en notre éducation, c'est ainsi que l'on fonctionne.

Elle explique à la directrice que je lui montre la forêt mais que c'est à elle de défricher son chemin. La directrice est encore une fois impressionnée de comment elle est capable de s'exprimer...

Retourner à l'école ne comporte pas de défis intellectuels en son cas mais des défis sociaux et psychologiques.

Il y a aussi cette fatigue physique qui fait qu'elle peut tomber comme une mémé ou perdre le contrôle de ses émotions. Cette fatigue, si non contrôlée, est le début des augmentations de ses symptômes de fond de la commotion cérébrale qu'elle vit toujours. Sans même parler des maux de tête récurrents qui amplifient bruits et lumières...

Miss Soleil a décidé de retourner lundi en classe. Si elle ne se sent pas bien, elle pourra arrêter. Dans tous les cas, on s'adaptera. C'est elle la boss de sa vie. Je n'en suis que l'employé...

Ce qui est certain c'est que cette épreuve a éveillé de quoi en ses parents et qu'elle a totalement conscience de combien on se bat pour son bien...

Espérons que la semaine prochaine sera un peu plus douce que celle qui se termine ou la précédente ou encore celle d'avant et ainsi de suite jusqu'en février. Après tout, on a tous le droit de rêver...

Et toujours, dans le soir qui se couche, je rêve d'un monde meilleur où la vérité et l'intelligence sont valorisées et respectées...


2 commentaires:

Marie-Eve Boudreault a dit…

Une lueur d'espoir se pointe, vous êtes bien courageux. Plein d'ondes positives pour un bel automne!

Etolane a dit…

Merci Marie-Ève de ce signe de vie :) #chaleurhumainenumérique espérons que l'année finira mieux qu'elle a commencé... #doigtcroisés