mardi, septembre 18, 2012

Festival de cinema de Québec et gratouillements de cervelle

3 comments
Dans le cadre du Festival de Cinéma de la ville de Québec, je suis allée voir en avant-première québécoise Antiviral, le premier film de Cronenberg fils.

Plus intriguée que perplexe. Il y a peu de film cronenberiens que je suis capable de digérer en entier.

Mais bon, j’en avais entendu d’intéressantes critiques et après trois jours au Comiccon à Montréal, j’étais prête à goûter à une bonne dose de surréalisme cinématographique.

Une fois ma passe de presse récupérée, je m’amuse à twitter de la superbe salle du Palais Montcalm où le film était projeté. Assise en sandwich entre deux sièges vides, je tweete ma subtile angoisse de devoir frissonner seule. Ma soeurette de 20 ans me répond dans la seconde, cela me fait sourire.

Durant l’attente, les tweets sont projetés sur grand écran. J’y vois passer Allison, collègue de Festival d’été dernier. Alors que je suis en train de lui écrire un tweet, je lève la tête et lit sur le rand écran devant moi:

- Etolane je te vois! 

Je ris intérieurement alors que je me tourne et retourne dans tous les sens pour la trouver. Finalement j’aperçois la lueur de son iPhone comme un salut lumineux non loin de la place où je suis. Rires partagés sous quelques regards incrédules. Légère jasette par-dessus les têtes des spectateurs. J’adore lorsque réel et virtuel se fusionne dans l’instant présent.

Commence le film. Le surréalisme est au rendez-vous. Mais j’y reviendrais en un autre billet. À noter, l’apparition au milieu du film de Malcom MacDowell m’a agréablement surprise. Deux jours après que l’avoir vu « popper » au Comiccon dans la conférence entre Captain Picard et Captain Kirk. Il a le don de « popper out of the blue » celui là! Bouffées mécaniquement orange…

Disons que manifestement le surréalisme chez les Cronenberg c’est génétique! Et pour ce coup-là, je pense préférer le fils au père. Ce film m’ayant juste assez perturbée pour m’aiguiser l’esprit. Je sors de la projection intérieurement stimulée.

Il est passé neuf heures, Cronenberg fils papote devant le Palais Montclam avec quelques admirateurs. La Place d’Youville est belle, l’automne caresse l’atmosphère nocturne, la nuit est douce...

À la loterie du Karma

Je retrouve mon volant et prend le chemin du bercail. Je descends la colline urbaine. À un feu rouge, j’aperçois au loin un jeune punk qui quête entre les voitures.

Alors qu’il accuse les regards qui le rejettent. Je pense qu’il me reste deux pièces de deux piastres dans mon porte-monnaie.

Finalement le parcomètre aura été sympa sur la monnaie que je lui avais préparé. Alors que je croise son regard, je lui fais signe de s’approcher.

Je lui souris. Je descends ma vitre. Il tend sa casquette et je laisse tomber ma pièce tandis qu’il me remercie. Un dernier sourire et le feu passe au vert.

Tandis que je roule, une pensée fait alors tranquillement son chemin. Je pense alors à tous ceux qui achètent un gratteux à deux piastres.

À chaque fois que je vais au dépanneur, je regarde les rangées de gratteux qui promettent l’espoir d’une hypothétique richesse matérielle et je grimace.

Lorsque je lève la tête, je vois alors les photos illuminés des sourires heureux des gagnants que soulignent les légendes: Untel a gagné 103 000$. Un autre en a gagné 54 000$ etc.

Évidement en faible humaine que je suis, je ressens bien le rêve que l’on essaie de me vendre ici. Parfois je succombe, rarement, généralement aux deux ans, j’achète un gratteux à deux piastres...

Si au mieux, je gagne un autre deux dollars, je trouve toujours que c’est juste un cercle vicieux niaiseux. Acheter un autre ou juste passer mon tour? Et puis je culpabilise toujours un coup. Parce-que je ne gagne jamais et toujours je finis par jeter le gratteux dans la poubelle en me trouvant bien niaiseuse!

Aussi en donnant mon deux piastres à ce jeune punk, je réalise soudainement qu’aussi crade qu’il soit non seulement ce n’est pas une poubelle mais c’est surtout un être humain en détresse qui me touche.

Et franchement je préfère que mon deux piastres me serve à échanger un sourire avec un jeune punk tout percé que de le jeter à la poubelle avec le symbole d’un papier perdant qui emporte avec lui un moment déprimant.

Je me dis que finalement donner deux piastres à un jeune punk quêteux c’est peut-être tout simplement acheter un gratteux karmique!

Il est vrai que je crois bien plus en la générosité humaine qu’en l’appât du gain. D’un coup tout s’éclaire…

Générosité, humanité et souffrances

Alors que je cogite sur le sujet arrive un autre feu rouge. Au loin, un autre jeune punk se faufile entre les voitures.

En continuant ma réflexion interne, je réalise que ce n’est pas tout d’échanger un sourire et de donner une pièce, ce qui compte c’est l’humanité partagée en un geste de générosité.

Je sais que j’ai une dernière pièce en mon portefeuille. Je lui fais signe de la tête, il sourit. Je descends ma vitre et tout en lui déposant ma pièce dans sa casquette je lui demande :

- C’est quoi ton nom? 
- Julien 
- Allo Julien. 

Son regard sourit alors qu'il me répond :

- Et c’est quoi le vôtre? 
- Etolane. 
- Merci Etolane
- Cela me fait plaisir. 

Le feu passe au vert et je redémarre. Tout en avalant les kilomètres qui me ramènent en mon cocon de lac, je pense à ces jeunes punks, rejetés de la société moderne.

Plus je vieillis, mieux je comprends comment je nage moi-même bien souvent à contre-courant de cette société dans laquelle je vis. Cette société menée par l’Argent plutôt que l'Amour. De ce matérialisme qui fait la carotte de tant d’humains mais pas forcément le bonheur .

Hors pour l’ânesse que je suis, la carotte de l’argent ne fait guère avancer. En fait, la meilleure carotte pour faire bouger la bourrique, c’est la perspective d’un monde meilleur…

Bon, si je gagnais le million, évidement que je ferais une méchante virée magasinage! Je filerais  m'acheter ces bottes Fluevog aux accents victoriens dont je rêve tant. J’achèterais un beau char, ferais des voyages, etc. Mais je voudrais aussi donner, redonner, partager...

Au quotidien, je préfère cultiver l’être plutôt que de nourrir l’avoir. Cultiver le verbe Être plutôt que vénérer celui d’Avoir me décale de la norme. C'est ainsi que je suis une voie qui m'apporte plus de richesse intérieure qu'extérieure.

Je ne crois pas qu’aucun enfant de 7 ans ne se dit jamais: quand je serais grand je serai punk dans la rue!

On ne devient pas punk dans la rue par désir mais par souffrances. Qui sait le lot de souffrances qu’ont vécu ceux qui, la casquette tendue à la main, errent entre les voitures arrêtées à un feu rouge?

 Multi-croyante sans religion fixe

Aussi je crois qu’il est important de traiter autrui comme l'on aimerait être traité.

Sans pour autant voir des attentes que l’autre nous traitera ainsi. C'est peut-être ce qui est le plus difficile à accepter en ce principe précis.

Traiter les autres au mieux comme on aimerait être bien traité c’est tout simplement ajouter au meilleur de l’humanité en son entier.

Même si l’on est qu’une goutte d’eau dans un océan de billions…

Donner est souvent ma meilleure motivation quand vient le temps de mettre en marche le verbe avoir. Donner à ma fille, donner à mon homme, donner aux enfants pauvres, aux gens malades, etc.

En fait si je gagnais le gros lot, l’envie de donner intelligemment serait certainement plus forte que celle de m’acheter des diamants.

En cette spiritualité qui est mienne, je ne suis aucune religion en particulier. J incorpore plusieurs en mon âme et ainsi façonne cette vie qui est mienne.

Je suis bouddhiste lorsque vient le temps d’aduler. Je n’adule pas je respecte. Je suis chrétienne quand vient le temps de donner. Je crois en l’amour et la générosité. Je suis amérindienne quand je communique avec la nature. Je suis juive quand je pense à l’idée de famille qui est ancrée en mon cœur.

Je ne connais pas assez l’hindouisme pour savoir ce que je pourrais en adopter si ce n’est peut-être la réincarnation déjà couverte par le bouddhisme. Et je ne comprends pas Allah. C'est un fait. Je veux en respecter les droits comme tous ceux des autres religions qui font l’humanité, mais cela m’est bien difficile.Trop femme libre je suis. Probablement trop insoumise…

Pour en finir, je me demande à quoi ressemblerait notre monde si au lieu de dépenser pour s’acheter le rêve d’un gratteux, les gens achetaient des gratteux karmiques en donnant à un jeune mendiant…

3 commentaires:

sylvieisabelle a dit…

Traiter autrui comme l'on aimerait être traité - ça parait tellement simple, hein?

Ma mère avait tout un tas de phrases qu'elle nous remâchait sans cesse quand on était petits, et celle-là en faisait partie. Je trouvais ça bien pesant quand elle nous les servait, mais aujourd'hui, j'en vois toute la signification... et je lui suis très reconnaissante d'avoir profondément ancré en moi cette certitude.

C'est pourtant si facile de mettre ça en application, qu'on se demande pourquoi tout le monde ne le fait pas.

La Belle a dit…

Les gratteux... J'ai vu mes grands-parents dépenser à toutes les semaines de l'$ pour les billets sans en manquer une d'un coup que leurs numéros seraient sélectionnés et qu'ils gagneraient enfin le gros lot... Ce qui n'est jamais arrivé avant leurs départs.

Ainsi je dis que c'est une taxe volontaire...

Etolane a dit…

Sylvie, il y a de ces phrases qui enfant, nous paraissent si simples qu'elles en sont stupides. Et pourtant. Une fois devenus grands, ce n'est plus si évident ni simple...

Je crois pourtant que ce sont ces petites phrases d'universel qui nous façonnent les caractères, elles sont plus importante qu'elles ne le semblent ;)

La Belle, en fait c'est l'élan qui se cache derrière le gratteux qui me perturbe. Combien vont perdre pour que quelques uns gagnent! Il parait que Loto Québec verse pas mal d'argent aux associations caritatives, alors on peut surement aussi voir ça comme une taxe volontaire :)))