vendredi, août 15, 2014

Un peu de télé et beaucoup de bugnes...

Depuis un long moment déjà Miss Soleil me tanne avec l'idée de faire de la télé.

Comme l'idée de courir les castings ne me tente pas et qu'en habitant en notre coin de brousse, les castings ne courent pas les rues, je laisse donc macérer son idée.

Que l'Univers se charge d'y répondre...

Sans compter que le monde de la télé est une jungle dans laquelle je ne suis guère à l'aise de l'envoyer. Et que le cœur de cette jungle est à Montréal.

Bref, quand l'univers se manifeste par l'opportunité d'un tournage pour une émission qui fait un topo sur une application mobile pour enfants CosmoCamp (conçue par une entreprise de Québec), je réponds présente.

Miss Soleil est fine prête pour l'expérience. Une expérience que je trouve pertinente et peu stressante pour elle. Je soutiens ses ambitions et je me plie à sa volonté. Selon mes conditions...

Tout comme j'ai soutenu son désir entrepreneurial qui m'a fait trimé aux fourneaux dimanche dernier...

Opération bugnes...

Faire une cinquantaine de bugnes lyonnaises pour les beaux yeux de ma puce qui voulait vendre de la limonade! Avoir ensuite l'idée folle de lui proposer de vendre des bugnes sur la plage d'été bondée. Quitte à vivre en un village de villégiature autant sucrer le bec des vacanciers! Ah la bonne idée la mère!

Puiser en mon potentiel pâtissier et mon ambition maternelle pour soutenir l'élan enfantin. Accompagner Miss Soleil et sa copine pour une opération bugnes sur sable. Il faut noter que lorsqu'elles disent en chœur:

-Bonjour, on vend des bugnes... 

C'était tout simplement craquant. Comme un tsunami de "cuteness" en pleine face! J'ai été surprise de voir combien de papas ont fondu comme neige au soleil! Ils sont beaux les papas québécois. Je les aime. Mais je m'égare...

Le bilan de l'opération a été positif. Vingt dollars de gagnés en vingt minutes. Les bugnes se sont vendues comme des petits pains! J'en ai profité pour faire un petit cours de gastronomie locale sur la tradition française de la bugne.

Pour l'hybride francophone que je suis, les bugnes possèdent ce goût inoubliable de l'enfance. À chaque fois que je croque dans une beigne, l'enfant en mon sang se lamente de ne pas croquer dans une bugne! Les rares manques que je ressens de mon enfance passée dans l'hexagone sont gustatifs. Même si les vieilles pierres me manquent parfois aussi...

 

Mais revenons à mes appétissantes bugnes, si dépaysantes, qui se sont faites dévorées dans le temps de le dire! Une expérience enrichissante pour l'enfance et fatiguante pour ma pomme brûlée sous la pleine lune. Le salaire maternel se récolte en un gros câlin nocturne et des mots qui  apaisent:

- Je t'aime Maman. T'es la meilleure maman du monde même si t'es sévère! 

C'est vrai que je suis sévère. Sévère mais juste. Sévère mais cool. Cette dernière combinaison étant la plus complexe à tenir. Je n'aime pas mon uniforme de maman gendarme mais je l'endosse pour la bonne cause.

Silence, action...

Enfin, heureusement qu'il n'y pas que la maman gendarme en ma peau! Et c'est ainsi qu'à désirer soutenir les élans de ma fille, je me retrouve à poireauter dans le studio Frima, avec d'autres parents, tandis que Miss Soleil tourne une scène pour l'émission Génération Inc qui sera diffusée durant l'automne sur Vtélé.



Ce faisant, je réalise combien il est facile de se lier d’amitié avec d'autres parents, en ce même bateau de patience sur lequel on vogue...

Après cinq heures sur le tournage de l'émission, je constate qu'être parent d'un enfant qui tourne c'est un peu comme se transformer en potiche de plateau. Potiche sympathique qui se fond dans le décor. J'ai trouvé le temps extra long et elle a trouvé que cela a passé trop vite!

 Enfin libérée du tournage, je suis fière de la voir heureuse de son coup. J'avoue qu'elle a assuré. Cela valait certainement le coup de m'ennuyer ferme tout en angoissant subtilement sur les articles qui attendent sur ma planche de travail...

Bilan de l'opération, je l'ai vu dépasser gêne et timidité pour profiter au mieux de l'expérience. J'ai réalisé que si je pouvais la conseiller avant et après. Le pendant était entièrement entre ses mains. Pendant, je devais me transformer en papier peint souriant. Veiller, rassurer et ne conseiller que lorsqu'elle venait vers moi pour me le demander. Le professionnalisme de l'équipe de tournage m'a aussi mise en confiance.

La Miss a adoré travailler avec le musicien pour concocter le petit jingle sur lequel elle chante et elle a bien aimé discuter avec le metteur en scène. Une expérience intéressante autant pour la fille que la mère!

Au couvent de la maternité... 

Depuis qu'elle est née, je suis une maman soumise. J'ai embrassé la maternité comme d'autres se convertissent. I guess it's my religion now. Being a Mom. Being Her Mom.

Dans l'Être Maman, tel que je le conçois, une certaine soumission se fait. Une soumission consciente à l'équilibre et au bien-être de son rejeton? Oh! Je sais que je vis en un monde qui applaudit les mères indignes et où je me retrouve comme une femme voilée au royaume des mini-jupes!

Mais c'est plus fort que moi. C'est viscéral. Comme une vocation céleste. Celle d'élever le futur qui est mien.

Il n'y a rien sur Terre qui me remplit plus le cœur que de voir ma fille épanouie, heureuse, bien dans ses chaussettes. Si pour cela je dois faire sacrifice de certaines de mes libertés féminines, qu'il en soit ainsi.

Je sais aussi que le jour viendra où elle sera femme. Mon devoir sera fait. Je serai vieille. Sûrement fripée. Et ce jour là je serai de nouveau libre comme l'air. Libre d'être femme à part entière. Sans le diktat de la mère...

À moins que je me sente arriver la vocation de grand-mère! Ahhhh! Pensée épeurée. J'espère qu'entre ces deux vocations, j'aurais quand même le temps de profiter de ces libertés féminines auxquelles j'adhère...

mardi, août 12, 2014

Avoir les oreilles aiguisées...

Sarah-M appelle Miss Soleil de bon matin afin de discuter de leurs habits du jour. Elles vont toutes les deux au même camp de jour cette semaine.

La conversation sur haut-parleur parvient à mes oreilles distraites.

Des oreilles qui deviennent indiscrètes quand la conversation dévie sur les bobettes. Après avoir décidé de s'habiller pareil, elles se questionnent bobettes, l'une dit:

- Imagine si on dit aux garçons qu'on a aussi les mêmes bobettes!

Les deux s'esclaffent alors que je m'interpose de loin.

- Wooooo, Woooo,  Wooo, on parle pas de ses bobettes aux garçons les filles! Les garçons ont pas besoin de savoir si vous avez les mêmes bobettes!

La conversation dévie alors sur les chaussettes qui seront manifestement de la même couleur. Je me dis, entre deux pensées qui dérivent, que mettre des limites fait vraiment partie du quotidien parental! Alors que cela papote à donf, les pères mettent le holà. L'un dit que cela suffit tandis que l'autre remarque qu'elles vont se voir dans trente minutes! #BFF #Enfance

L'homme vient ensuite me voir et me dire #WTF alors que je rigole, le rassure et lui raconte l'anecdote bobettes. Ben oui, tout est normal. Les amitiés de filles c'est intense. Et sa fille a pas fini de lui retourner le cerveau...

vendredi, août 08, 2014

Entre deux grains de sable et d'eau douce...

 

L'été se passe, à vitesse grand V, comme à son habitude. Quand on vit en nos latitudes nordiques, l'été a un petit goût de paradis. Un paradis éphémère qui nous redonne assez de pep pour passer au travers la longue saison d'hiver...

L'été, bien entamé, s'écoule en son sablier et l'on profite de ce lac auprès duquel l'on vit à l'année. Un lac si beau et serein qu'il attire les vacanciers urbains depuis plusieurs décennies. 
 

Mon village, entre lac et forêt, a une soixantaine d'année. Issu de la villégiature citadine, il est désormais habité à l'année par un bon millier de personnes. L'été, il explose pour dénombrer plus de cinq mille habitants. Et pas un touriste dans le lot! Juste les résidents des maisons secondaires. Des chalets, toujours plus grands et luxueux, qui attendent patiemment le retour des humains qui les animent.

Des humains habitués à la ville qui transportent son bruit en leur sillage. La majorité semble percevoir le lac comme un terrain de jeux où venir s'éclater au soleil. Et certains jours d'été, où la foule fait rage, mon paradis m'est infernal...

En ce lieu de villégiature où j'ai planté racines, une plage municipale vole la vedette. Durant les beaux jours d'été, elle est si star que ne marche pas qui veut sur son sable. Pour y avoir accès, il faut avoir une adresse de résidence au village et montrer patte blanche (sous la forme d'une carte qui change de couleur à chaque année). Des humains en uniformes montent la garde.

L'été, il y a de ces jours où je me sens bien envahie en mon petit coin de paradis. Entre la dictature de plage qui me rend rebelle et me fait me prendre le chou, au moins une fois par saison, avec le garde zélé de service, il y a le bruit généré par l'excès de bateaux sur le lac... 

Ces jours là, mon paradis devient celui des autres. De ceux qui l'exploitent sans penser plus loin que le petit bout de leur nez. 
 

Ces jours là, je m’exile en ce coin désert de la plage, où errent les sauvages comme moi, et je rumine en silence. Si on fait le compte, ces jours là sont rares sur une année. Mais les belles journées tropicales aussi! Et malheureusement les deux se conjuguent souvent en nos étés qui  passent si vite...

Ces jours là, mon regard s’accroche aux rares voiliers et canots qui font de la résistance aux bateaux à moteurs (toujours plus puissants et nombreux). Ces bateaux qui font des vagues pour que sautent toujours plus haut les amateurs de sensations fortes. Et je n'ose même pas parler des moto-marines tellement je les abhorre. 


Il y a toutes sortes d'embarcations à moteurs qui contribuent au vieillissement prématuré de ce grand lac que j'aime tant. Des embarcations qui font dériver ma cervelle qui bouillonne depuis plusieurs années...

Évidement, il arrive que je me retrouve à faire une ballade en bateau, avec des amis, au cours de l'été. J'en comprends le plaisir que chacun en tire. Mais à chaque fois que j'en ressens la sensation, les boucles au vent, celle-ci se mélange immédiatement avec une culpabilité de fond. Ceci dit, je ne refuse pas que ma puce s'amuse sur une "trippe" lorsque l'occasion se présente. Mais je lui explique quand même pourquoi les bateaux me peinent...


L'eutrophisation du lac, tout le monde s'en fout. Tant que le plaisir présent est là, tant que l'on peut s'éclater entre reflets bleutés d'eau douce et soleil éclatant, who f... cares

Ces jours là, où ma cervelle déraille, j'imagine le temps où les blancs n'avaient pas découvert ce lac. À l'époque où seul son nom indien en faisait la dénomination. Ce temps disparu où les tribus indiennes en profitaient tout en le respectant (et en pensant au présent des sept générations à venir). Ces jours là, j'ai mal pour ces ancêtres qui ne sont pas les miens...

En bonne sauvage que je suis, je connais les habitudes estivales des vacanciers, je sais les heures où aller inspirer le lac sans trop être dérangée. Et puis, il y a cette culture du coucher de soleil que j'affectionne. Une culture underground, si j'en crois le petit nombre qui la pratique sur le sable de la plage...


Les dimanches de lac bondé sont ma hantise estivale, si j'ai à aller au lac, parce-qu'il fait vraiment trop beau, où que l'on a des amis en visite, je cultive ma tolérance tout en ruminant mon désespoir humain. 

Je ne suis qu'une toute petite goutte en l'océan qui fait l'humanité. La seule chose que je peux faire, c'est être ce que je suis. Et élever mon enfant avec une certaine connaissance de la nage à contre courant. Ma fille, à l'enfance que je dore en ce petit coin de lac. Une fillette qui pousse aussi vite que passent les étés...


Depuis la mi-juin, Miss Soleil a perdu 5 dents dont trois molaires, elle grandit. Elle apprend, comprend, évolue. Ce faisant, je suis son rythme, j'apprends, je comprends et j’évolue. Cet été, elle aura passé trois semaines au camp, deux en voyage de presse et le reste en mes jupes. Alors que l'on profite de la plage, relativement tranquille, je regarde accoster un ponton. Et je réalise combien les pontons me rassurent...

En fait, le ponton de lac est le bateau qui me tape le moins sur le système. Le plus silencieux, le moins rapide et le plus confortable pour voguer sur l'eau. S'il n'y avait sur l'eau que des voiliers, des canots et des pontons, l'ambiance seraient bien différente en ces jours bondés d'humanité.

Le ponton, c'est aussi le plus pépé des bateaux.  Mais bon on peut pas tout avoir! 

Manifestement, de nos jours, il est difficile d'être cool sans abimer le lac. Bref, si jamais un jour, je devais avoir un bateau à moteur pour aller voguer sur le lac, ce serait un ponton. Un ponton funky!

Alors que j'en partage la réflexion avec ma puce, elle  me dit:

- T'en fais pas Maman quand tu seras grand-mère t'auras un ponton!

Ouais, quand même pas hâte à être grand-mère! Et la question suivante est de celles qui tuent sa mère...

- Maman je sais que le pipi sort pas par la bille alors à quoi ça sert une bille?



vendredi, juillet 25, 2014

La fois où j'ai rencontré un crapaud...

Cette semaine,j'ai poussé le pire hurlement de ma vie. Un cri primal qui a fait sursauter tout le quartier....

En transplantant un tournesol, alors que je remue la terre pour l'enterrer, j'aperçois une espèce de "balloune" bizarre entre deux bêchages. Curieuse, je prends le truc dans ma main. Un truc préhistorique qui, d'un coup me regarde, et fait "couac"! 

S'en vient le hurlement de la mort. Prise par surprise, le temps de lâcher le truc dans la terre et de m'en remettre, j''hurle pendant au moins une minute en continu, par vagues de terreur. Hystérique. Assez pour qu'une voisine, homme et enfant se rameutent. 


Pour ensuite rire comme une folle de ma connerie. Et faire rire la galerie. Ce crapaud m'a donné la peur de ma vie! Les voisins se sont bien marrés, ils en parlent encore quelques jours plus tard...

Tétanisé par mon cri, sûrement aussi terrorisé, le crapaud n'a plus bougé pendant plusieurs minutes. Assez longtemps pour que je puisse le mitrailler de mon objectif et lui croquer le portrait.


Il a fini par retourner chez lui, dans les briques qui bordent ma plate-bande. Et c'est ainsi que j'ai fait la connaissance de Jean-Paul, le crapaud qui a décidé de prendre demeure dans mon jardin cet été!

mardi, juillet 22, 2014

Quand magasiner rime avec éduquer... et s'amuser!

Invitée à une séance de magasinage dans le cadre des célébrations qui entourent le 20e anniversaire de Walmart, nous sommes parties en mission avec Miss Soleil afin découvrir les rabais estivaux…

J’explique à Miss Soleil que l’on ne peut dépasser 100$ et que l’on ne met que des produits en rabais dans notre caddie. Ou tout du moins le plus possible... il faut pas non plus virer fou!

Elle m’entraine au rayon des jouets. Je la suis. Elle s'applique à me convaincre d’acheter l’une de ces peluches chantantes qui la font tripper. Je résiste sans difficulté. Ces peluches en question ont le don de me taper autant sur le système qu’elles enchantent ma puce. Non merci!

On discute plutôt Monster Highs et jeux de société. Je la laisse s’amuser avec ce qui lui tombe sur le nez. Dans une séance de magasinage, cela fait aussi partie du fun...


De mon côté, je résiste pas à aller jeter un oeil aux rayons des nains de jardin. Sans succomber. C’est mon homme qui sera content de cet effort puisque mon affection des nains de jardins a tendance à lui tomber sur le système. À chacun ses lubies et phobies! Même s’il est capable de me peindre un nain funky lorsque l’envie lui vient de me faire plaisir, il préfère que j'adopte le moins de nains possible. Je résiste aussi à ces plantes palmiers qui m'évoquent tant le sud...

Je mets la main sur des bols noirs qui m’inspirent des idées pour ce cocktail que je veux concocter le mois prochain. Une sorte de 5 à 7 estival avec Ginger-Ale maison, Dark and Stormy, Smoothies fraises/betteraves, bouchées mixtes et beignets frais.

Prendre ou ne pas prendre une machine à granité, telle est la question que l'on se pose lorsque la puce découvre un bidule à cet effet...

En silence je rêve d'un nouveau mixer pour mes smoothies maison. Mais c'est une séance de magasinage mère/fille et je ne peux absorber les trois quart de mon budget dans mon envie. Je veux faire plaisir à ma puce. Je me retiens l'envie et je garde une bonne portion de mon budget pour ses beaux yeux...


Tandis que Miss Soleil s’attarde aux rayons des jouets, je suis irrésistiblement attirée par les fleurs en pots, j'en découvre à tout petit prix. J’hésite entre orchidées et violettes africaines.

Vu que j’ai déjà une orchidée en dormance dans mon salon, je me branche sur la violette africaine et Kalanchoes. J’en profite pour mettre dans mon caddie un insecticide afin de tuer les pucerons qui envahissent certaines fleurs de mon jardin. Ceci avec une certaine culpabilité. 

Je craque sous la pression de ces pucerons qui envahissent mes vivaces à chaque année. Ils n’attaquent pas les autres plantes mais ils colonisent si bien mes fleurs jaunes que je finis par ne plus oser m’en approcher. Alors voilà l’occasion de prendre les grands moyens. Avec une petite déchirure de conscience...

Alors que je m'égare le regard sur ces orchidées qui me font envie, Miss Soleil a mis la main sur un hulla hoop cosmique qui fait son bonheur. Pour me prouver la nécessité de l'embarquer en mon caddie, elle m'en fait une démonstration. Celle-ci est si convaincante que je capitule, bonne joueuse, un sourire en coin de lèvres...

Éduquer et magasiner...

Notre caddie se remplit. Miss Soleil adore jouer avec les machines à scanner les produits qui se cachent dans certaines allées.

Nous partons à la recherche de l'une d'elles. Ce faisant, je fais d'une pierre deux coups, et peut-être même trois!

Tandis qu'elle s'amuse à scanner les produits de notre caddie, l'on compte et l'on gère. On pratique l'acte de choisir. Elle a l'impression de jouer à la caissière et sans vraiment s'en rendre compte, elle calcule et apprend à faire des choix selon un budget précis. Cela me plait!

C'est ainsi que je profite de ma mission #20ansWalmart pour éduquer ma puce sur ces petites choses de la vie. Ces petites choses de la vie auxquelles doivent tant penser les grands...

Alors que l'on se remet les comptes à l'heure, Miss Soleil aperçoit une rangée de livres en spéciaux. Les titres de la bibliothèque rose et verte ne ressemblent en rien à ceux de mon enfance mais le plaisir de lire reste le même. Je suis heureuse qu'elle le possède. Elle me demande conseil et l'on finit par choisir deux titres précis. Arrive le temps d'aller à la caisse.


On est pas mal fières de nous lorsque notre total atteint 99.87$.  Avec 23 articles en mon caddie, j'ai déniché de quoi occuper ma puce durant ces moments d'ennuis estivaux, j'ai nourri l'inspiration de mon cocktail à venir, j'ai ramené des fleurs et de quoi trucider mes pucerons. Mission accomplie!

Il faudrait bien que j'arrive à pondre ce texte qui me trotte dans la tête depuis des jours, en lien avec les camps et l'ennui. Un sujet qui fait parler bien des langues cet été. Cette séance de magasinage marque d'ailleurs la dernière journée des deux semaines de camp de la puce. Mais c'est une autre histoire à raconter...

lundi, juillet 21, 2014

Prendre les airs...

Lorsqu'un drôle d'oiseau vient faire un tour de lac et réveille un vieux fantasme...


vendredi, juillet 18, 2014

File le temps...



En voiture avec Miss Soleil:
Moi: À ton prochain anniversaire tu vas avoir neuf ans. Ce sera la dernière année avant d'être un chiffre à deux nombres...
Pensive, elle regarde la route qui défile par sa fenêtre. Elle médite quelques secondes avant de me répondre en un souffle attristé:
- Ça va trop vite, je voudrais rester petite plus longtemps....
Comme quoi y'a pas que les parents qui trouvent que les enfants grandissent vite!

mardi, juillet 15, 2014

De la Nouvelle Orléans à Québec en passant par la Baie de Fundy...

De la Louisiane au Nouveau Brunswick en passant par le Festival d'été, les semaines ont défilé à vitesse grand V. Miss Soleil a fini avec brio une autre année de primaire. L'été est venu nous changer les idées en coin de lac. À nous la plage et les pique-niques sur sable chaud!

Bref, je n'ai pas blogué!

En juin, j'ai inspiré la Louisiane avec cœur. J'ai toujours voulu aller voir la Louisiane. Depuis aussi longtemps que je m'en souvienne. Et je n'ai pas été déçue! Aller faire un tour de bayou, explorer la culture cajun, naviguer les marécages, voir quelques alligators et se faire envouter par la Nouvelle Orléans.

Entraînée en un voyage de presse où chaque jour comptait pour trois, j'ai parcouru Lake Charles, Lafayette et la Nouvelle Orléans en un marathon d'activités et de saveurs. Quel caractère et quelles richesses humaines recèle la Louisiane!

J'ai aussi enquêté sur la présence du français. J'ai enrichi mes connaissances et je suis rentrée au Québec avec une nouvelle perspective de la francophonie américaine dans laquelle je baigne. Maintenant il ne me reste plus qu'à trier mes photos et à rédiger...


Revenue à temps pour fêter la St. Jean, j'ai bouclé un article techno avant de reprendre la route avec homme et enfant pour un reportage dans la baie de Fundy.

Nous y avons découvert une adorable ville à l'orée du Maine qui se révèle une excellente destination familiale. À suivre dans les prochaines semaines sur le Huffington Post Québec...


Du coup, j'ai pas mal raté le Festival d'été. Avec un pincement au cœur. Après tant d'années à le bloguer et lui donner de mon âme, difficile de ne pas en manquer l'énergie. Mais c'est aussi l'occasion de me ressourcer. De prendre une pause. Pour mieux l'apprécier l'été prochain....

Enfin pas tant raté que cela car j'ai quand même été voir Soundgarden sur les Plaines. Je m'en suis même prise plein les oreilles. Le son, incroyablement for,t m'a traversé le corps et a fait rejaillir les souvenirs de ce temps où j'avais 20 ans. Mes années grunge sont remontées à la surface de ma peau...

J'adore l’énergie de la ville de Québec durant le Festival. Et Miss Soleil n'envisage pas un été sans aller y faire un tour! Le Festival d'été fait définitivement partie du tissu de son enfance. Nous avons aussi attrapé La Centaurée sur la rue Cartier et fait un tour de la Place de la Famille...

En écoutant Jill Barber du coté de la place d'Youville, j'ai ressenti le même type de vibrations qu'en parcourant la Nouvelle Orléans. Tout comme j'avais ressenti des vibrations de Québec en me promenant dans le "French Quarter".

Si Québec n'a pas la passion musicale de la Nouvelle Orléans, elle en possède l'affection. Et si la Nouvelle Orléans n'a pas la passion francophone de Québec, elle en possède sûrement l'affection. Étrange parallèle qui me saute à l'esprit alors que la voix suave de Jill Barber enrobe la foule qui se met à danser joyeusement entre deux averses de pluie...­ 

vendredi, juillet 11, 2014

De fraises et de betteraves...

De passage aux Bermudes cet hiver, en un délicieux petit déjeuner au Fairmont Southampton, j'ai gouté à un smoothie avec une touche de betterave qui m'a fait tripper.

Moi qui n'avait jamais aimé la betterave, j'ai changé d'avis entre deux palmiers. Il aura fallu que je vive 40 ans (et que je mette les pieds aux Bermudes) pour accepter la betterave en ma vie!

Cet été, j'ajoute donc de la betterave à mes smoothies aux fruits. Au grand désarroi de ma puce et sous l’œil perplexe de l'homme.

Tout est dans l'équilibre des saveurs. Mieux vaut débuter avec un faible ratio de betterave versus fruits. À noter qu'un smoothie fraise/betterave est surprenant de saveur estivale...

Rappelons que la betterave fait partie de ces aliments santé aux maintes vertus. Sans compter qu'elle te colore ton smoothie comme c'est pas permis! En y ajoutant plus de fruits rouges, la couleur s’atténue... et le gout aussi...

Attention visiteur égaré, si tu foules mon patio, tu risques de te retrouver avec un smoothie princesse nucléaire à déguster au soleil!

mardi, mai 27, 2014

Un mercredi soir avec Morcheeba

J'adore le trip-hop. Impossible de ne pas succomber à la tentation de Morcheeba à Québec!

Une soirée volée au quotidien où l'on profite de la présence des grands-parents paternels de Miss Soleil pour une sortie spontanée. Le plaisir de se retrouver place d'Youville comme si l'on avait 20 ans...

Il y a de ces concerts qui forment une bulle musicale où l'on flotte de bonheur. Ce show fut de ceux là. De ces shows qui, non seulement, offrent les chansons que l'on attend mais qui les délivrent à la perfection...

Un spectacle où le public a une place privilégiée. À se sentir choyé. Entre deux rappels, la chanteuse laisse le micro à un homme amoureux qui en profite pour faire déclaration et demande en mariage. De quoi finir la soirée sur une note romantique dans une salle qui n'en manque pas!

Complètement séduite par Skye Edwards, en robe à plumes blanches et talons vertigineux, je savoure le moment présent. Je laisse onduler ma crinière fauve en toute liberté. Y'a rien comme une bonne transe musicale pour se ravigoter les idées!

Skye dégage une énergie qui me réénergise. Envoûtée par sa voix et les rythmes de ces chansons que j'affectionne, je plane...